Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

U2 en live à Sydney

Une fête qui décoiffe ... les grands garçons de U2 ont séduit Sydney à l’ANZ stadium. Ils sont suffisamment grands pour faire en sorte que Jay-Z paraisse petit. Photo : Edwina Pickles

par BERNARD ZUEL

Probablement que ça aide d’avoir le numéro abrégé du Pape - la ligne directe à l’étage et tout le reste. Il se pourrait que la pluie menace Oprah aujourd’hui, n’empêche que pour la première de ses deux soirées à l’Olympic stadium, U2 n’avait à se soucier que d’une légère brise zéphyrine et de cieux bleu éclatant.

Des cieux sans nuage à l’infini, bien entendu, parce que la formation rock irlandaise qui pourrait probabelment rembourser à elle seule la dette de l’Irlande ne fait jamais les choses en petit ou en demi-mesures.

The Edge et Bono à l’ANZ Stadium de Sydney. Photo : Edwina Pickles

La scène est une île sous une griffe gigantesque équipée d’enceintes géantes et d’un écran vidéo colossale orientés à 360°. Il y a une fosse interne pleine de fans dévoués, une autre un peu plus éloignée pleine de fans jaloux et puis tous ces gradins qui montent très haut.

Contrairement à ces rebelles et fauteurs de troubles qui ont assisté au concert de Jack Johnson, personne ici n’a tenté la fatalité avec un tapis ou de la nourriture faite maison. Pfffffffff !

Puisqu’on en parle, jusqu’à quel point U2 est grand ? Laissons de côté le prix des places ou le nombre de bière vendues, jetons plutôt un œil à qui ouvre pour les concerts de nos diables d’irlandais !

Jay-Z, le magnat du hip-hop, poids lourd de la pop et incidemment la moitié d’une certaine Beyonce, qui d’ordinaire ne s’incline devant personne – "le meilleur rappeur en vie", déclare-t-il à un moment. Mais le voilà face au public.

Il faut bien reconnaître que cette première partie solide comme de l’acier poids lourd et qui frappe à chaque coup n’est pas non plus à court de tubes. Et à chaque fan assis au visage montrant la souffrance face à Jay Z, l’on peut ajouter deux autres, en délire, braillant à tue tête Forever Young. (NDLT : rien d’étonnant c’était quand même un tube d’Alphaville il y a 25 ans ;-)) .

Lorsque l’on invite un géant à jouer avant soi, il faut en avoir en titane trempé ou être en mesure de proposer un spectacle explosive qui balaiera toute comparaison possible.

Ou peut-être que l’on est U2 et que l’on peut se permettre les deux !

Alors on peut monter sur scène aux accords du Space Oddity de Bowie, parader quelques minutes avant d’éteindre tous les éclairages et de donner le coup d’envoi avec Beautiful Day, la chanson dont les chœurs balaient tout le monde sur son passage.

Oui, ils sont en mesure de jouer grand. Suffisamment grand pour mentionner au passage Oprah, de jouer un extrait de Blackbird des Beatles et de faire en sorte que le I Will Follow vieux de 30 ans, sonne comme s’il avait été écrit durant cette obscure période de récession, la présente, pas la dernière !

Suffisamment grand pour que Jay-Z paraisse petit.

C’est suffisamment grand pour vous ?

Pour continuer à recevoir les infos sur U2, le prochaine album et les dates de la tournée 2011 abonnez vous gratuitement au Google Group U2 France.

En savoir plus : The Sydney Morning (...)

Lien permanent : http://www.u2france.com/actu/article55541.html

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article