Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

POP DE U2 REVU ET CORRIGE PAR LE PÖETE BRENDAN KENNELLY

, par Corinne/Dead

 

 

 

 

Il y a quelques années (NDLT : au siècle dernier, en fait !), le poète irlandais acclamé par la critique Brendan Kennelly était invité par un quotidien irlandais pour analyser l’album de U2, ’Achtung Baby’ - et en retour, Bono disserta sur le poème épique de Kennelly, ’The Book of Judas’. Kennelly est resté un fan de U2 et en 1997, Propaganda l’invita à renouveler son expérience sur ’Achtung Baby’, en lui demandant de prête son oreille de poète au dernier opus de nos 4 Irlandais, le mésestimé ’Pop’.

 

Je ne me souviens d’aucun album qui commence par un paroxysme puisqu’un paroxysme est un énoncé passionné auquel il faut être préparé assidument. Pourtant c’est bien là le premier élément audacieux de ’Pop’. ’Discotheque’ est une chanson au climat sexuel et spirituel, un pic musical, et elle nous précipite dès sa première note dans un monde dans lequel l’amour est examiné sous de nombreux angles, différentes perspectives, et avec une étonnante variété de voix. Je dis, ’variété’ délibérément, même si, à l’évidence, nous n’entendons que la voix de Bono. Pourtant, avec certitude, cette voix comprend un éventail complet de voix bellement (NDLT : traduction littéraire) contrôlées allant de l’énergie primitive en passant par le désir ardent poignant, de l’aspect physique mordant au spirituel ascendant, du profondément sérieux à la désinvolture insolente. En cette voix repose l’âme du quêteur, l’esprit indomptable d’une personne en quête d’amour et de paix dans un monde tiraillé par la haine et le désordre. C’est comme si Bono avait permis aux énergies destructrices et obscènes de notre monde de pénétrer son propre cœur pour qu’il puisse donner forme et légitimité à sa vision de paix et d’amour.

Pourtant cette vision est constamment assaillie, et même, à certains moments, profondément blessée, il en résulte que nombre des chansons mémorables de Pop sont truffées de doute, d’ambigüité, d’un sentiment pénétrant de douleur et d’un sentiment obscure de perte. Même, ou peut-être même si, surtout, la relation humaine centrale, entre un homme et une femme amoureux, est constamment assombrie par la menace implicite qu’elle ne s’en ira pas en raison de la violence, sous une forme ou une autre, qui grandit au cœur des choses.

Love’s a bully pushing and shoving

In the belly of a woman

Heavy rhythm taking over

To stick together

A man and a woman

Stick together ...

(’Do You Feel Loved ?’)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article