Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vrai méchant de Spider-Man

Ce spectacle musical véritable désastre a fait de son metteur en scène, Julie Taymor, la piñata des média de la saison. Mais dans le Newsweek de cette semaine, Jacob Bernstein affirme que son départ pourrait démasquer un autre coupable.

Etant donné tous les problèmes qui se sont abattus sur Spider-Man : Turn Off the Dark, il était probablement inévitable que quelqu’un d’autre que les acteurs tombe. Depuis les avant-représentations de ce musical pour Broadway au coût titanesque supérieur au 65 millions de dollars (et l’on n’a pas fini de compter) ont débuté en novembre, quatre interprètes se sont blessés dont Spidey lui-même (NDLT : sa doublure pour les cascades pour être plus précis) qui est tombé de 10 m de haut dans la fosse, se cassant quatre côtes et s’ouvrant une partie du crâne. L’OSHA a fait une descente au Foxwoods Theatre pour mener son enquête et a collé une amende de 12.600 dollars aux producteurs.

Tout ceci aurait pu être excusé si le public et en fait, les critiques avaient aimé le spectacle. Mais avec des critiques telles que celles parues dans le New York Times, il fallait bien que quelqu’un paie la casse (NDLT : si je puis dire). Aussi, ça n’a pas choqué grand monde lorsque la célèbre metteur en scène de ce spectacle, Julie Taymor— dont Le Roi Lion a rapporté à ce jour 4.5 milliards de dollars en 14 ans de présentations— a éventuellement reçu son congé la semaine dernière. Avec beaucoup de plaisir malicieux (Taymor est loin d’être le metteur en scène la plus facile avec laquelle travailler, comme n’importe qui vous le dira as anyone will tell you), Broadway wags are predicting she’ll never work in this town again.

Bono Julie Taymor & Bono (Photo : Charles Sykes / AP Photo ; Massimo Pinca / AP Photo)

Mais la justice a-t-elle vraiment été rendue ? S’agit-il du véritable méchant de Spider-Man ?

La partition, créée par Bono et The Edge de la formation rock irlandaise U2, n’est pas faite de chansons pop entrainantes et facilement digestes dans la veine de "Hakuna Matata". Mêmes les sources au cœur de la production admettent avoir été mystifiées par ce qu’elles décrivent comme une musique sans aucune joie. "Avec la promesse de U2, pourquoi n’ont-ils pas droit à un titre qui balance et envoie les gens sur un nuage, c’est là la grosse question", de déclarer une personne impliquée dans ce spectacle. "Et si Julie Taymor se trouvait au beau milieu de cela, elle ne l’est plus."

Lorsque le public sort de Spider-Man, on ne l’entend pas chantonner les airs du spectacle. On entend leur mécontentement. "On ne sort pas de là avec un air dans la tête", de confier Suzy Fink de Chicago après avoir assisté à une représentation. "Je suis un énorme fan de U2, et je pense que mon histoire d’amour avec eux vient de s’achever", de préciser J.T, Horenstein de New York, visiblement en colère. "N’ont-ils pas pris le temps pour créer quelque chose de mélodieux et de mémorable ?"

Il est juste de se poser la question, étant donné que Bono et The Edge étaient en tournée durant la majeure partie de la production. "En décembre ou janvier, Julie a supplié d’interrompre le spectacle pour qu’ils puissent faire des changements", de déclarer une source proche de la production qui compatit pour Taymor. "Les producteurs lui ont opposé un non ferme et définitif. Bono et the Edge n’étaient pas dans les parages. Il y a clairement eu une rupture en matière de communication." Ni Taymor, ni Bono, et encore moins the Edge n’ont voulu commenter cette confidence.

Plutôt de manière peu pratique, quand Bono et The Edge sont revenus pour bosser sur ce spectacle il y a environ deux semaines, Taymor se trouvait en Californie en raison d’un engagement de longue date pour intervenir dans le cadre de l’édition 2011 de la conférence des TED. Dans son discours, elle expliquait que la création artistique impliquait régulièrement Sturm und Drang (NDLT : tempête et élan), et citait la chanson thème de Spider-Man, "Rise Above." Son bon ami, Norman Lear, qui assistait à cette conférence a vu derrière la bonne figure. "Elle souffrait le martyre, elle détestait avoir dû partir et c’était la toute première fois que Bono voyait le spectacle après des mois d’absence. Elle a vécu l’enfer et la voir payer les pots cassés toute seule, elle si frêle et brillante, n’est-ce pas ridicule ?"

Peut-être bien que oui. Ce qui a facilité son renvoi d’un point de vu publicitaire est qu’elle était moins célèbre que ses collaborateurs et se relevait d’échecs cuisants dans l’industrie cinématographique. En 2007, Across the Universe, le musical créé autour des chansons des Beatles, a été un bide. Et à l’automne dernier, son adaptation de La Tempête de Shakespeare, avec Helen Mirren, n’a renfloué que 277.000 des 20 millions de dollars de son budget estimé.

"Julie est une poète, un leader charismatique, obsessionnel et une visionnaire à l’égo et à la fragilité propres à tous les grands artistes", de souligner Mirren. "Son engagement envers le travail et ses collaborateurs est absolu." Peut-on en dire autant de ses collaborateurs pour Spider-Man ?

Pour continuer à recevoir les infos sur U2, le prochaine album et les dates de la tournée 2011 abonnez vous gratuitement au Google Group U2 France.

En savoir plus : The Daily Beast

Lien permanent : http://www.u2france.com/actu/article55830.html

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article