Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Achtung ! Le long bras de la griffe viendra également pour vous

 

U2 ne fait pas dans la subtilité. Lorsque la formation rock irlandaise a décidé l’en dernier d’embarquer pour une nouvelle tournée en stade, elle ciblait pas moins que le plus grand, le plus extravagant spectacle de l’histoire du rock en stade.

Il semble bien que cela soit en bonne voie. Plus de 270.000 places de sa tournée australienne à 360° ont été vendues. Toutes sauf une poignée de 70.000 places pour le concert du 1er décembre à l’Etihad stadium sont parties. Une seconde date a été depuis confirmée.

Cette tournée est vaste en de nombreuses manières. Le promoteur devait travailler avec le management du stade pour s’assurer que les spécificités d’ingénierie permettaient de charger la production à l’intérieur.

La flèche principale de la scène, soutenue par une structure géante surnommée "la griffe" par les fans est plus haute que la ligne de plafond de l’Etihad. Le toit devra rester ouvert à la fois pour monter la scène et pour accueillir le spectacle. Du soutien doit également se faire dans le parking souterrain pour porter le poids de la scène.

U2360 fera ses débuts locaux pour le bras australien nouvellement formé du plus gros promoteur au monde, Live Nation. Le groupe a signé un contrat exclusif d’une durée de douze ans portant sur les produits dérivés, les droits de tournée et de musique avec Live Nation en 2008.

Le promoteur pour Melbourne Michael Coppel, qui a promu la tournée australienne de U2 en 1984, travaille avec le géant américain.

"De mon point de vue, les affaires ont changé pour les promoteurs australiens", de confier M. Coppel. "Par le passé, j’avais peut-être une relation directe avec le groupe et j’a été le premier à l’introduire ici. A présent, il a cédé ses droits à une seule société et il peut faire le choix d’avec qui il veut travailler."

M. Coppel de décrire la griffe comme une solution d’ingénierie destinée à soutenir 200 tonnes d’équipement audiovisuel au dessus de la tête du groupe. "Elle intègre le poids de la capacité porteuse, un écran gigantesque qui s’étire et se rétracte à la verticale … (et) ressemble à une vraie structure issue de la Guerre des Etoiles."

Pour ce qui est de la critique, selon laquelle ces spectacles manquent d’intimité, M. Coppel abonde lui aussi en ce sens.

"Je ne peux pas dire que voir un groupe de rock en stade a toujours été ma façon préférée de faire les choses.

"Mais au cours de ces 5 ou 6 dernières années, ça a changé. Lorsque les groupes venaient en stade c’était motivée par une décision commerciale. Au bout d’un moment, les gens ont trouvé que ça n’était pas génial pour un spectacle. Mais les valeurs de production devaient s’améliorer.

"A présent, il s’agit de se présenter d’une manière qui ne soit pas seulement pour un concert mais pour un spectacle. Certains groupes ont compris que la performance ne consistait pas seulement à jouer des instruments et à présenter les chansons quasi à l’identique de ce qu’elles donnent sur disque, mais à mettre en scène un spectacle."

Au cours du passage de sa tournée Down Under en 2006, Vertigo, le groupe avait attiré quelque 443.937 fans pour ses sept concerts.

 

En savoir plus : The Sydney Morning (...)

Lien permanent : http://www.u2france.com/actu/article54928.html

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article