Top 10 des meilleures chansons de la tournée 360°

Publié le 3 Janvier 2012

 
 

Coup de blues de fin de tournée quand tu nous tiens... Pour l’exorciser je vous proposerai tout au long du mois un retour sur le 360° Tour à travers différents articles. Pour commencer un article totalement subjectif : mon top 10 des meilleures chansons de la tournée. Je vous invite à donner votre top 10 dans les commentaires que vous pouvez laisser à la suite de cet article ;-)

Auteur : Pauline

#10 – Breathe. Contrairement à bon nombre de personnes, Breathe en ouverture de concert a été pour moi une très bonne surprise. La chanson n’a certes pas la trempe d’un Return Of The Stingray Guitar ou encore d’un Even Better Than The Real Thing en intro, néanmoins elle ne m’a pas laissé indifférente. Même si, comme pour Beautiful Day, Breathe a souffert d’un manque d’enchaînement en début de concert, ce départ sur un solo de batterie a eu son petit effet. Il a permis au concert de démarrer en puissance et c’est plutôt conforme à ma perception d’un concert rock. Malheureusement la puissance dégagée par ce solo de batterie ne s’est pas réellement prolongée sur la suite du début de setlist. Ajouté à cela la prestation vocale médiocre de Bono durant les refrains, la chanson a légitimement été considérée comme un début de concert médiocre.

#9 - Hold Me, Thrill Me, Kiss Me, Kill Me. Etre dans le noir, percevoir le « Why he’s so furious ? », entendre les violons, voir Bono faire de la balançoire sur son micro et passer aussitôt en transe... Problème, tout le public n’était pas en transe loin de là. Mais l’ambiance molle due aux personnes qui ne connaissaient pas ce titre joué en concert uniquement en 1997 n’a pas empêché le titre d’être une très bonne performance malgré un light show trop léger voire inadéquate.

#8 - Your Blue Room. 13 septembre 2009, ’1000miles’ est connecté pour diffuser en direct (et en pirate) le concert qui a lieu à Chicago. Les fans motivés comme moi font l’effort de se sortir du lit bien chaud à environ 5 heures du matin (décalage horaire oblige) pour allumer l’ordinateur. Le son est minable, heureusement que nous connaissons à peu près la setlist qui se joue sinon nous passerions toute la durée des chansons à deviner quel titre est en train de jouer U2... Nous attendons Stuck In A Moment mais quelque chose m’interpelle, quelque chose cloche. Il n’y a pas de piano sur Stuck... Ce n’est pas Stuck. Au bout de quelques secondes de cette intro au piano je reconnais Your Blue Room. Pas possible, le son pourrit me joue des tours... Non non, Bono commence à chanter et c’est bien la chambre bleue. La chanson est douce, étrangement la voix fragile de Bono s’acclimate parfaitement à l’ambiance du titre. Le résultat est sublime. Malheureusement Your Blue Room subira le même sort qu’Electrical Storm : à peine la chanson entame-t-elle ses débuts en live qu’elle disparaît des setlists.

#7 - Vertigo. Vertigo, une chanson qui a eu un rôle déterminant dans mon statut de fan. J’y suis donc sentimentalement attachée mais j’avoue qu’à cause d’une surdose de gros son rock avec la sortie single de Get On Your Boots, Vertigo a été mise de côté début 2009. C’est donc avec un certain manque d’enthousiasme que je m’apprête à l’entendre en concert un soir de juillet 2009. Sauf qu’encore une fois cette chanson va me surprendre et allumer une puissante étincelle en moi. City Of Blinding Lights se termine et retentit alors un énorme riff de guitare électrique qui me brise les tympans. Après m’avoir rendu sourde voilà que la Pince s’allume soudainement et m’aveugle. Finalement Vertigo réussit à tirer son épingle du jeu avec cette version live encore plus ’électrique’ que celle du Vertigo Tour.

#6 - Les titres inédits. Il fallait oser le faire. Et U2 a osé. Même si plusieurs des titres inédits manquent un peu d’achèvement la performance mérite d’être soulignée, d’autant plus quand elle est inédite chez un groupe. Dans le lot des inédits il y en a eu pour tous les goûts : les fans de chansons acoustiques ont eu North Star et Every Broken Wave (cette dernière étant mon coup de cœur parmi les inédits) quant aux fans d’un son rock bien rythmé ils ont eu Return Of The Stingray Guitar, Boy Falls From The Sky et Glastonbury. Sans oublier qu’en prime U2 nous a joué la très appréciée chanson Mercy.

#5 - Moment Of Surrender. Une chanson que je n’apprécierais pas outre mesure en version album. Non pas à cause de ses sept minutes (qui passent relativement vite) mais à cause de son rythme trop lent intercalé entre deux chansons entrainantes (Magnificent et Unknown Caller). Ce n’est qu’une fois la version live écoutée, et surtout vécue, que le titre Moment Of Surrender a pris pour moi toute sa dimension. Ce morceau est résolument fait pour être une clôture de concert émouvante qui viendra chercher une larme auprès de chaque personne du public. Difficile de rester impassible alors que le groupe chante sur le refrain accompagné par le piano de The Edge et nous invite à le suivre pour la fin de la chanson. Si le titre avait été placé juste avant Cedars Of Lebanon sur l’album peut-être y aurais-je perçu plus tôt toute la sensibilité qu’il s’en dégage. Maintenant peu importe, grâce aux concerts j’ai été charmée et je ne l’écoute plus pareil.

#4 - Until The End Of The World. Cette chanson fait partie, au même titre qu’I Will Follow (qui aurait aussi pu prendre cette quatrième place), des chansons que je voulais absolument vivre au moins une fois en live pour la folie qu’elles inspirent. Until The End Of The World a dépassé mes espérances. Ceux qui ont eu la chance comme moi d’être en pré-fosse doivent se souvenir de l’éblouissement du light show lorsqu’on se trouve au cœur de la Pince. Eblouissement également perceptible depuis les tribunes, l’effet stroboscopique est tel qu’on a l’impression de voir le concert en version accélérée. En-dehors des effets lumineux la chanson a prouvé qu’après 20 ans sur scène elle ne perd pas en intensité, peut-être même qu’elle en gagne. Bono et The Edge ont renouvelé leur duel mais cette fois via les deux passerelles de la scène, surplombant ainsi la pré-fosse qui a profité d’un joli spectacle.

#3 - Even Better Than The Real Thing. Tous ceux qui ont eu la chance de la vivre en concert sur cette tournée, je vous envie ;-) Même si nous savions que U2 avait l’intention de remettre des titres d’Achtung Baby dans sa setlist nous n’avons pas vu venir un remix d’Even Better Than The Real Thing en intro de concert. Une fois encore U2 a osé, même si le risque encouru était moindre en raison de la popularité de la chanson. La chanson a repris à Breathe sa qualité de mettre en valeur la batterie sur le début du titre et qui plus est du concert, batterie qui martèle ensuite un rythme des plus linéaires mais très efficace notamment sur le pont. Sans oublier qu’il est plaisant pour les fans d’entendre le changement de paroles « you take me higher » en « you take us higher ».

#2 - The Unforgettable Fire / Zooropa. Malheureusement je n’ai pas vu Zooropa en concert mais elle se rapproche des qualités que j’attribue à The Unforgettable Fire, qui occupait la même place dans la setlist. Cette place c’est celle du milieu de set, après la partie acoustique et avant le retour de titres plus dynamiques. La transition entre les deux parties de setlist ne pouvait mieux se faire qu’avec ces deux titres, Zooropa et The Unforgettable Fire : deux titres envoutants qui nous transportent. Avec l’écran abaissé, la fumée et la lumière tamisée (rose pour The Unforgettable Fire et bleue pour Zooropa), l’atmosphère presque onirique collait parfaitement au style de ces deux titres. Quant aux chansons en elles-mêmes elles font parties de celles qui ont fait leur grand retour sur scène avec cette tournée pour notre plus grand bonheur !

#1 - Crazy Tonight (remix). Alors que l’on craignait de voir la version album être jouée en concert, voilà que U2 fait une belle preuve d’audace en proposant un remix inédit de sa chanson. Et U2 a bien fait, cette chanson a conquis quasiment tous les spectateurs. Tout est parfait sur ce titre en concert : une animation sur l’écran simple mais efficace (les têtes des membres du groupe qui suivent le rythme), Larry qui délaisse sa batterie pour un djembé et parcourt le catwalk, le reste du groupe qui occupe lui aussi parfaitement l’espace scénique en se baladant partout, un light show détonnant sur le dernier refrain et un rythme électro dû au remix qui s’associe à merveille avec la Pince. Que demander de plus ? Que la chanson soit bien placée dans la setlist ? C’est fait aussi, positionnée entre Vertigo et Sunday Bloody Sunday Crazy Tonight a permis un trio régulier qui a marqué cette tournée. Sans hésitation, Crazy Tonight prend la première place de mon classement.

 

 

Lien permanent : http://www.u2france.com/actu/article56705.html

Rédigé par guytou 87

Publié dans #U2 ACTUALITEES

Commenter cet article