One de U2 fête ses vingt ans

Publié le 7 Mars 2012

 

Il a été le troisième single extrait de l’album Achtung Baby(1991) , œuvre produite à Berlin par Daniel Lanois et Brian Eno et pour laquelle U2 s’était fixé l’objectif de se réinventer.

 

 

La formation rock irlandaise U2 célèbre aujourd’hui le 20e anniversaire de la sortie au format single de son titre One, un morceau "incroyablement émouvant" qui va "droit au cœur", comme le définit le guitariste The Edge, créateur de l’une des mélodies les plus chérie des fans du groupe dublinois.

C’était le troisième single extrait de l’album Achtung Baby (1991), œuvre produite à Berlin par Daniel Lanois et Brian Eno et pour laquelle U2 s’était fixé l’objectif de "se réinventer" après les monumentaux The Joshua Tree (1987) et Rattle and Hum (1988) .

One ne s’est jamais classé en tête des charts à sa sortie le 6 mars 1992, un état de fait qui "avait quelque peu déçu" le groupe, selon les dires de son charismatique chanteur leader Bono repris dans l’ouvrage U2 par U2.

Malgré tout ce qui surprend le plus c’est le fait que bien que le thème en soit la douleur produite par la séparation de personnes qui s’aiment, aux yeux (NDLT : et oreilles) de millions de fans c’est le parfait hymne à l’amour.

"Il n’y a vraiment rien de romantique dans tout cela, de confier Bono. Cette chanson est un peu retorse et c’est la raison pour laquelle je n’ai jamais compris que des personnes tenaient autant à ce qu’elle soit jouée lors de leurs noces. J’ai connu une centaine de personnes qui l’ont fait jouer le jour de leur mariage. Et à chaque fois je leur ai dit : Vous êtes dingues, ça traite de la séparation !"

Il semblerait que ce single ait donné lieu à pas mal de mauvaises interprétations. Après que Bono (Paul Hewson) , The Edge (David Evans) , Larry Mullen et Adam Clayton aient annoncé qu’ils cédaient les bénéfices de One à la lutte contre le sida, le photographe Anton Corbijn présentait au groupe son idée pour la réalisation d’un clip de promotion du titre.

Dans celui-ci, où apparaît le père de Bono, notre quartet pose travesti dans un décor un peu décadent, reflétant également de la sorte une époque marquée par la toute récente chute du mur de Berlin.

U2 craignit aussitôt que certains confondent les choses et n’assimilent le sida qu’avec la sexualité. Raison pour laquelle, il le mit de côté et décida d’engager Mark Pellington pour réaliser une version plus sobre te conceptuelle, bien accueillie, par exemple, par MTV.

Mais U2 n’en resta pas pour autant là et décida qu’il fallait encore une version plus conventionnelle. pour ce faire, il embaucha Phil Joanou aux commandes, avec lequel il avait travaillé sur Rattle and Hum.

Trois vidéoclips pour une seule chanson qui a pris sa propre vie au cours de ses vingt dernières années, notamment grâce à Internet et l’interprétation par d’autres artistes tels que Johnny Cash ou Mary J. Blige.

Sur les sites les plus visités de la toile, figure également l’enregistrement par le groupe en 2003 au côté du regretté Luciano Pavarotti et la performance à Santiago du Chili en 1998, au côté des mères des disparus sous la dictature d’Augusto Pinochet comme toile de fond.

 

 

source:U2France    
 

Rédigé par guytou 87

Publié dans #U2 ACTUALITEES

Commenter cet article