"Pride (In The Name of Love)" : l'histoire du tube engagé de U2

Publié le 8 Juillet 2020

Avant de devenir l'un des tubes les plus emblématiques du groupe, la chanson a connu un parcours compliqué, qui lui donne une place à part dans la discographie de Bono et compagnie.

Un changement de sujet

 

L'idée de "Pride" (In the Name of Love) apparaît au cours de la tournée consécutive à la sortie de leur troisième album, "War", en 1983. À l'époque, Bono veut écrire un morceau contre le patriotisme guerrier dans la veine de "Sunday Bloody Sunday", visant particulièrement le gouvernement américain de Ronald Reagan. Mais la lecture d'une biographie de Martin Luther King vaut au chanteur irlandais de se prendre de passion pour le destin du leader de la lutte pour les droits civiques. Frustré par l'évolution initiale de la chanson, Bono décide de changer son fusil d'épaule comme il l'explique au magazine NME à la sortie de "The Unforgettable Fire" en 1984 : "Je me souviens d'un vieux sage qui m'avait dit de ne pas combattre les ténèbres par la lumière, mais de faire briller la lumière plus fort encore. Je sentais que j'accordais trop d'importance à Reagan. Puis j'ai pensé à Martin Luther King et je me suis dit, ça c'est un homme". Les références à King sont nombreuses dans "Pride", l'une des deux chansons de "The Unforgettable Fire" à aborder cette figure historique avec "MLK", sur laquelle se referme l'album. L'une d'entre elles est d'ailleurs erronée : "Early Morning, April 4" ("Au petit matin, le 4 avril") évoque l'assassinat de MLK le 4 avril 1968 qui eut en fait lieu à 6h01… de l'après-midi. Gêné, Bono a pris l'habitude de rectifier les paroles de la chanson sur scène en concert en les changeant pour "Early Evening, April 4".

 

Un enregistrement au long court

 

"Pride (In the Name of Love)" sera l'un des morceaux les plus compliqués à enregistrer de "The Unforgettable Fire". Les premiers essais son ont lieu au cours d'un concert à Hawaii sur le "War Tour" en novembre 1983, et la chanson ne sera finalement terminée qu'au moment de son enregistrement dans les studios de Windmill Lane à Dublin au printemps de l'année suivante. Au cours de cet enregistrement, le groupe reçoit d'ailleurs le soutien inopiné d'une invitée de luxe en la personne de Chrissie Hynde. La chanteuse du groupe The Pretenders, à l'époque mariée à Jim Kerr, leader de Simple Minds, participe en effet comme choriste à la chanson, où elle se retrouve d'ailleurs créditée sous son nom d'état civil, Christine Kerr.

 

Un accueil mitigé puis un succès éclatant

 

Deuxième piste de "The Unforgettable Fire", "Pride" est son premier single à sortir dans les bacs le 3 septembre 1984, un mois avant la sortie de l'album. L'accueil critique du morceau est cependant assez frais, certains critiques accusant le groupe de proposer un titre trop naïf et moralisateur. Les critiques se feront beaucoup plus rares au fil du temps, la chanson intégrant même en 2010 la prestigieuse liste des 500 plus grandes chansons de tous les temps du magazine Rolling Stone. L'accueil commercial, lui, fut tout de suite triomphal, la chanson se hissant sur le podium des ventes en Irlande et dans tout le Royaume-Uni. Le titre permet aussi à la popularité du groupe aux États-Unis d'exploser.

 

Source:cheriefm

 

Rédigé par guytou 87

Publié dans #U2, #U2 ACTUALITEES

Commenter cet article